Lexique football

Publié le par raimby

Voici un article assez compliqué à écrire mais qui est un peu "la base du football TV" et surtout appliqué au terrain (non exhaustif bien entendu). Se sont quelques expressions que nous entendrons durant la Coupe du Monde et que les non-footballeurs ne connaissent pas forcément.

 

Appel – contre appel : c’est le fait de faire un mini sprint d’un coté (sur 1 ou 2m) et de partir réellement en sens inverse en sprint. Le défenseur sprint généralement du coté du premier petit sprint et est donc battu. Il faut bien entendu que le joueur qui doit faire la passe sache qu’il y a un contre appel soit par un signe, soit en connaissant bien le joueur.

 

Attaque placée : c’est une attaque qui est généralement définie à l’entrainement. Elle est réfléchie et se fait par multiplications de passes et de démarcages.

 

Bloc équipe : c'est la distance entre le dernier défenseur et l'attaquant le plus haut. On parle de :

-       bloc équipe compact quand il faut resserrer les lignes (jouer le plus grouper possible afin de réduire les espaces libres pour l’adversaire)

-       remonter le bloc équipe quand on joue trop bas et que donc on a du mal à garder le ballon.

 

Contre attaque : à l’opposé de l’attaque placée, elle consiste à jouer très vite vers l’avant suite à une récupération du ballon. C’est une des armes favorites des équipes non favorites. Elles profitent de la désorganisation défensive générée par le fait d’attaquer pour les contrer ! Le problème peut venir du fait que quand deux équipes jouent défensif et donc régulièrement en contre attaque, le match est fermé ! (souvent le cas en L1)

 

Coup franc direct : comme son nom l’indique, il peut être tiré directement au but. Cette sanction est sifflée contre les fautes les plus importantes (le pénalty en fait parti).

 

Coup franc indirect : il est sifflé pour les fautes les plus bénignes et se remarque par la main levée de l’arbitre (qui l’abaisse dès que le ballon est touché par un autre joueur ou sort de la surface de jeu).  Si un joueur marque un but en frappant directement dans le but sur un coup franc indirect (à condition que le ballon ne soit touché par personne), il n’est pas valable ! Il peut y avoir des coups francs indirects dans la surface de réparation notamment pour les jeux dangereux (pied trop haut) ou pour une passe en retrait volontaire effectuée au gardien et si celui-ci la prend à la main.

 

Démarquage : c’est le fait de se séparer de son défenseur. On peut se démarquer de multiples manières, les plus fréquentes étant de courir plus vite, de faire un appel-contre appel (cf. définition), de se faire oublier (généralement sur un coté)…

 

Hors jeu : un joueur est hors jeu lorsqu’il se situe entre le dernier défenseur et le gardien adverse au moment où son coéquipier lui fait la passe (il faut que la balle lui soit destinée sinon il est hors jeu passif !)… subtilité, si le joueur est sur la même ligne que le dernier défenseur au moment de la passe, il n’est pas hors-jeu. [les puristes diront que c’est entre l’avant dernier défenseur et le dernier car ils comptent la gardien en dernier défenseur (ce qui n’est pas faux !)]. C’est une des actions de jeu les plus litigieuses car très compliqué à juger (d’où l’intérêt de la vidéo… mais bon Platini n’est pas pour)

 

Hors jeu passif : action de jeu très litigieuse profitant d’une sorte de vide dans les règles du jeu. On la retrouve régulièrement sur les coups francs aux abords de la surface de réparation adverse. Un joueur se met en position de hors jeu lors de son placement et juste avant que son coéquipier tire le coup franc, il revient se placer derrière son défenseur et n’est pas donc pas hors jeu ! Et oui, il ne l’est pas car c’est au moment de la passe que l’on sanctionne et lui, il s’est vite remis derrière son défenseur avant la frappe.

Action plus litigieuse : lors d’une attaque, un joueur (Joueur A) est en position de hors jeu mais c’est un de ses coéquipiers (Joueur B, non hors jeu) qui reçoit la balle, celui-ci avance et transmet la balle à notre joueur initial (Joueur A) qui va marquer (c’est un exemple). Le souci c’est qu’il profite de sa position initiale de hors jeu pour prendre de l’avance sur son défenseur et être donc démarqué… c’est une des nombreuses injustices dans le football !

 

Jouer trop bas ≠ jouer trop haut : jouer trop bas cela signifie généralement que l’équipe est dominée, qu’elle a du mal à sortir proprement le ballon. Indirectement, elle perd rapidement la balle et les joueurs n’ont pas le temps de se replacer. A contrario, lorsque l’on joue trop haut, on s’expose à des contres (cf. définition contre attaque).

 

Marquage de zone (ou une "zone"): il s'agit de définir un périmètre où le défenseur doit intervenir. Si un joueur adverse est dans ce périmètre, il le marque et s’il n’a personne, il reste dans celui-ci. Ce type de marquage est idéal au niveau physique car les attaquants ont beau courir, les défenseurs se les passent. Cependant, il nécessite de bien communiquer ("à toi", "ça passe") et nécessite aussi de bien se connaitre pour avoir les mêmes repères et même codes verbaux. C'est la tactique utilisée dans le monde professionnel (majoritairement)

 

Marque individuel (ou une "individuelle" ou "culotte") : il s'oppose à la "zone"  dans le sens où un défenseur à un attaquant précis à marquer et ce quelque soit sa position sur le terrain. L'inconvénient est que le défenseur court autant que l'attaquant, la vitesse de ce dernier pouvant donc être un avantage car forcément il sait où il va contrairement au défenseur qui subit. Cette tactique peut être intéressante pour marquer un joueur hors norme comme par exemple un grand gabarit...

 

Match fermé ≠ ouvert : un match fermé est dominé par les défenses et le jeu est donc principalement en défense. A contrario, un match ouvert est dominé par les attaques et généralement riches en buts.

 

Pressing : effectuer un pressing c'est aller récupérer en équipe (pour être plus efficace) le ballon. Un pressing se fait quand l'équipe adverse a le ballon sur un coté (=> si le ballon est sur le coté droit du terrain par exemple, le joueur a son champs d'action réduit car s'il part à droite, il va en touche !). C'est une tactique qui se travaille longuement à l'entrainement et qui, j'insiste, se fait collectivement en remontant le bloc équipe (cf. définition)

 

YJ

Publié dans Lexique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article